Considérations sur l'origine de l'épinette.

Si on peut aisément accepter l'hypothèse que l'origine de l'épinette peut se trouver dans le monocorde des physiciens du moyen-âge, on peut également admettre l'idée d'une éclosion spontanée et peut être parfois simultanée d'instruments dans diverses régions à diverses époques.

 

Les traces matérielles anciennes sont limitées et situées dans le Nord de l'Europe. Une fresque danoise datée de 1560 montre un ange musicien jouant d'un instrument parallélépipédique fort allongé que l’on considère comme une épinette. Quelques instruments sont observés au cours des siècles suivants dans les anciens Pays-Bas. L'instrument est également présent dans la littérature musicale allemande. Les premières mentions d'épinettes vosgiennes apparaissent au cours de la première moitié du XIXème siècle.

Les Vosges sont considérées comme la limite sud du développement de l’instrument.

 

Il est donc impossible de donner une origine précise et certaine à l'épinette, d'autant plus que les mouvements de populations civiles et militaires ont été importants dans toutes les régions et à toutes les époques. Il n’est pas possible de démontrer avec certitude quel est l’apport de chacun.

 

La simplicité de fabrication de l'instrument, les influences diverses, « la génération spontanée » font que l'épinette se retrouve dans une grande partie de l'Europe du Nord et de l’Est avec les mêmes caractéristiques organologiques : l'épinette est une cithare plate à touche.

 

Ainsi on peut citer les langspils islandais, les langeleiks novégiens et danois ainsi que les psalmondikons joués à l'archet, les hummels du Nord de l'Allemagne, les zithers alpins, les Noordsche Balk des Pays-Bas… Au sud de la Belgique, existent les traditions d'épinettes dans le Nord de la France et dans les Vosges.

Des épinettes se trouvent également en Suisse, en Tchéquie et en Slovaquie. Il existe une forte tradition en Hongrie où on dénombre 20.000 joueurs de citera, ainsi que plus sporadiquement en Roumanie sous le nom de titera.

Les émigrants vers les USA emmènent avec eux des cithares, des épinettes…ces instruments évolueront pour donner le dulcimer qu’y est maintenant pratiqué sur l'ensemble du territoire et que l’on retrouve en Europe dans les musiques dites « celtiques ».